[contact-form-7 404 "Not Found"]

Schedule a Visit

Nulla vehicula fermentum nulla, a lobortis nisl vestibulum vel. Phasellus eget velit at.

Call us:
1-800-123-4567

Send an email:
monica.wayne@example.com

A l’encre de chine…

1 an ago · · 0 comments

A l’encre de chine…

« Tu dois faire quelque chose de ta vie ! »

Un ordre subtilement dissimulé dans le Système, feutré d’inquiétude, adressée avec conviction et ayant la décence de me rappeler que si je ne fais pas partie des « gens qui font », je suis vouée à l’échec. Mais je ne veux rien faire d’autre que de me laisser traverser par la Vie…Comme ce serait merveilleux si je pouvais m’asseoir en haut d’une montagne et simplement m’autoriser à Être sans Faire ni Avoir !

Ces mots sont ma perte ! Vivre ne se suffit donc jamais à lui-seul !

Je réalise le piège de ce pari, en observant mon ère, ma culture, mon éducation et ce qu’elles impliquent. La cage s’est refermée sur moi à mesure que le devoir de « devenir quelqu’un » s’est fortifié. Un devoir rythmé par les injonctions. Devenir esclave d’un Autre ou de moi-même est la seule alternative qui m’ait été enseignée. Je sais qu’une Voie différente existe, qu’elle implique de se perdre, de s’accidenter, de s’aventurer…Un chemin que ceux qui dominent ou se soumettent n’ont pas pris et qui mène à la Libération…

Dans l’angoisse de ne devenir personne et de simplement exister, je suis boulimique d’expériences. Je bouffe du pays, de l’humain avec le tournis des départs et des retours. Je grignote les cartes « chance » de ma naissance jusqu’à me perdre dans un labyrinthe sans issue.

Et tout résonne comme du papier à musique calciné et froissé : mon avenir d’avocate, les conversations insipides, le chômage, la semaine des trente-cinq heures, les aiguilles de l’horloge, la société de consommation, les fiches de paye, les compteurs, la retraite, les anticernes et le botox…Tout sonne faux ! Tout a toujours sonné faux. Je l’ai su dès ma première fuite…

J’entrevois la dysharmonie des choses : le prélude de la jeunesse, consacré au fantasme de l’avenir, projeté avec une indécente impatience. Lorsque l’avenir est enfin là, qu’il me tend ses bras, je fais la mou car je l’imaginais autrement. Je m’étais promis du haut de mes six ans d’être différente et de ne jamais devenir l’exécutante d’une légende tracée par quelqu’un d’autre que moi-même.

Je me sens prisonnière d’un monde trop immense mais je garde l’intuition que c’est dans cette grandeur que la liberté est toute proche, à portée de main et qu’elle n’attend que Nous pour la servir.

Je n’ai pas été « fabriquée » pour la simplicité. Je lui ai tourné le dos parce que je n’ai pas appris à la regarder. Je tente de la retrouver. Je sens que la simplicité est une source de trésors inépuisables.

Alors, en attendant mes retrouvailles avec moi-même, je m’astreins à rester une page blanche, par peur de l’encre de chine et de l’erreur. Je préfère le crayon à papier : il s’efface avec une gomme. Je m’assure d’avoir une feuille vierge et cette démarche est vaine. A l’encre de chine ou au crayon à papier, mon Histoire s’écrit malgré moi…Dans chacun de mes souffles se renforce insidieusement une portion de mon conditionnement.

J’ai beau essayer de n’accumuler que les brouillons et les essais pour éviter de « devenir quelqu’un », la plume prolonge mes doigts pour me dicter l’impérieuse nécessité du Faire :

« Écris ta vie ! me dit-elle. Mais fais-le à l’encre de la Connaissance et de l’Amour ! « 

Categories: Réflexion personnelle

Eva Mazur

Eva Mazur

Passionnée par le développement personnel et les approches complémentaires, j'ai à coeur de partager tout ce qui est susceptible de nous aider à renforcer naturellement notre bien-être et de contribuer à un état d'esprit positif.

Laisser un commentaire